Remettons le Liban sur les rails du progrès...

 

La Compagnie du DHP et la création du réseau ferré libanais

Copyright © 2008 AFAC-LIBAN - Tous droits réservés

HISTOIRE

La Société des Tramways Libanais

La création du DHP

La Société des Chemins de fer Ottomans Économiques de Beyrouth-Damas-Hauran, en Syrie est constituée le 22 novembre 1891 par Firman Impérial et établit son siège à Beyrouth. Cette société est issue de la fusion de deux sociétés, la Société des Tramways de Damas et Voies ferrées économiques en Syrie et la Société ottomane de la Voie ferrée économique de Beyrouth à Damas.

La première est une société anonyme ottomane formée le 13 août 1890, à l’initiative d’industriels belges, dans le but de réaliser la concession obtenue le 18 avril 1890 par le notable originaire de Baalbek Youssouf Effendi MOUTRAN, pour la construction et l’exploitation d’une voie ferrée de 103 kilomètres entre Damas et M’Zérib. La ville de M’Zérib est située dans le Hauran syrien, une région riche en produits agricoles.

La Société ottomane de la Voie ferrée économique de Beyrouth à Damas, quant à elle, est une société anonyme ottomane constituée le 15 octobre 1891, à l’initiative d’industriels français. Son but est de réaliser la concession faite le 3 juin 1891 à Hassan Effendi BEYHOUM, notable de Beyrouth, pour la construction et l’exploitation de la voie ferrée Beyrouth-Damas.

Un nouveau Firman Impérial accorde le 2 juin 1893 à Youssouf Effendi MOUTRAN une concession pour la construction et l’exploitation d’une ligne de chemin de fer reliant Damas aux villes de Homs, Hamah, Alep et Biredjik avec prolongement éventuel jusqu’à Télek sur l’Euphrate. M. MOUTRAN cède la concession à la Société de Beyrouth-Damas-Hauran qui change de dénomination et devient la Société Ottomane du Chemin de fer de Damas-Hamah et prolongements, plus connue sous les initiales D.H.P.

Le Firman Impérial du 9 Zilkadé 1308 (3 juin 1891)

Voici la traduction littérale du Firman accordant au notable de Beyrouth Hassan Effendi BEYHOUM la concession pour la construction d’un chemin de fer entre Beyrouth et Damas. L’écartement étroit de la ligne explique l’appellation de « tramway à vapeur » dans le texte, à ne pas confondre avec la Société des Tramways Libanais ou le tramway de Beyrouth. Un Firman est un décret impérial émis par le Sultan de l’Empire Ottoman.

FIRMAN

Les statuts et le Cahier des Charges établis suivant les conditions arrêtées sur la demande que HASSAN BEYHOUM EFFENDI, commerçant et notable de Beyrouth [la gloire des nobles et des généreux, que sa grandeur soit augmentée], avait faite afin d’obtenir la concession d’une ligne de tramway à vapeur entre Beyrouth et Damas pour une durée de 99 ans, et les rapports y relatifs du Conseil des Travaux publics, ont été envoyés par le Ministère du Commerce et des Travaux publics à Notre Sublime Porte.

Ils ont été étudiés, ainsi que le rapport du Conseil d’Etat, par le Conseil de mes grands ministres et après les modifications et les corrections nécessaires, ils m’ont été présentés pour approbation.

Les profits et les avantages dans la multiplication des œuvres de prospérité de mes États étant manifestes, et les conditions qui font partie des conventions, [comme quoi une somme de 1,200 livres turques sera versée annuellement à mon Gouvernement à partir de la date où ladite ligne sera en exploitation, - la poste de mes États sera transportée gratuitement entre Beyrouth et Damas, - et enfin, lorsque le délai consenti pour la concession appartenant à la Société des Chaussées aura pris fin, les locaux qui deviendront les biens de mon gouvernement seront achetés à un prix convenu, ou bien loués à un loyer modéré], - paraissant également convenables, ma Sanction Impériale est donc émanée en faveur de la constuction d’une ligne de tramway à vapeur dont il est question plus haut, et une concession ayant une durée de 99 ans à partir de la date de cet édit suprême, lui est accordée.

En foi de quoi mon Ordre Impérial, dont la haute rigueur est pendante à l’exécution intégrale des contenus du Cahier des Charges et des Statuts, est émané par la Chancellerie de mon Empire, d’où les copies approuvées du Cahier des Charges et des Statuts sont également données.

Ecrit le neuvième jour du mois de Zilkadé de l’an 1308.

Le premier Conseil d’Administration du DHP

D’après les signatures retrouvées sur les documents officiels de l’époque et d’après les comptes rendus des réunions du Conseil d’Administration, le Comte Edmond de PERTHUIS est le Président du Conseil d’Administration du DHP et le Baron Robert de NERVO, le Vice-Président.

Le Comte Edmond de PERTHUIS, ancien officier français de marine, était jusqu’alors Président de la Compagnie ottomane de la Route de Beyrouth à Damas. Quant au Baron Robert de NERVO, industriel et homme politique français, il est aussi Président de la Société des Aciéries de Denain et Anzin en France, Vice-Président de la Société des anciens Etablissements Cail (constructeur français de locomotives à vapeur) et administrateur de la Compagnie des Chemins de fer de Paris-Lyon-Méditerranée (le fameux PLM).

L’Administrateur-délégué de la Compagnie est René EMOND, également Administrateur-délégué de la Compagnie du Port de Beyrouth.

Les autres administrateurs de la Compagnie du DHP à sa création sont, dans l’ordre alphabétique :

  1. A. ALLAIN-LAUNAY, Administrateur de la Compagnie générale des Tramways ;

  2. Théodore BERGER, Administrateur de la Banque Impériale Ottomane ;

  3. Hassan Effendi BEYHOUM, notable de Beyrouth, concessionnaire ;

  4. Robert GUICHARD, Administrateur de la Compagnie du Port de Beyrouth ;

  5. Gustave HABERT, Administrateur de la Compagnie ottomane de la Route de Beyrouth à Damas ;

  6. Edmond HUMBERT, Administrateur de la Compagnie générale des Tramways ;

  7. Charles JAGERSCHMIDT, Administrateur de la Compagnie des Chemins de fer de Paris-Lyon-Méditerranée et de la Compagnie ottomane de la Route de Beyrouth à Damas ;

  8. Auguste LAUGEL, Administrateur de la Compagnie des Chemins de fer de Paris-Lyon-Méditerranée et de la Société des Tramways de Damas et Voies ferrées économiques de Syrie ;

  9. Léonce MAHOU, Administrateur de la Compagnie ottomane de la Route de Beyrouth à Damas ;

  10. George MALLET, Administrateur de la Compagnie des Glaces de Bruxelles et de la Compagnie des Tramways de Damas et Voies ferrées économiques en Syrie ;

  11. Sélim Effendi MELHAME, Directeur Général de la Dette publique ottomane ;

  12. Youssouf Effendi MOUTRAN, notable de Baalbeck, Concessionnaire, Administrateur de la Compagnie du Port de Beyrouth ;

  13. Edgar PASSY, Administrateur de la Compagnie ottomane de la Route de Beyrouth à Damas.

Le capital de la société

En préparation...

Le développement du réseau

En préparation...